Bonjour Fern,

Merci de bien vouloir te présenter en quelques lignes.

J’avoue que je ne suis plus tellement frais, quoique bien entretenu et sans usures ni dommages notables. Je crois que 1948 fut une bonne année.

Parfois quand même, p. ex. quand je participe à un festival, je me sens un peu comme un dinosaure, entouré de jeunes gens de 0 à 60 ans. Alors je me rappelle du fait, que le milieu de la bande dessinée – dessinateurs(trices) et lecteurs(trices) – n’a pas d´âge. D´après moi, c´est cela qui est à l´honneur de la BD – elle a le don de rajeunir. ^^

Comment ce projet professionnel est-il né ? Est-ce que tu dessinais auparavant ? As-tu fait des études artistiques ?

D’après les dires de mes parents, je griffonnais déjà très tôt en “illustrant” fréquemment les murs blancs de ma petite chambre. Mes parents n’étaient pas enchantés. Beaucoup plus tard, quand je leur ai annoncé mon désir de vouloir devenir dessinateur, ils ne furent pas enchantés non plus. À leurs yeux ce n’était pas une occupation honorable. Basta! Faire des études artistiques ne fut donc pas une option.

Mes parents me voyaient plutôt faire une carrière aux chemins de fer … parce que mon père, mon grand-père et deux oncles y ont fait carrière. Là c’était moi qui n´étais pas enchanté.

En manque de perspective, de soutien et après plusieurs petits boulots, je me suis inscrit comme volontaire dans le service militaire. Mes parents n’étaient pas enchantés une fois de plus.

Depuis combien de temps es-tu devenu professionnel ?

Dans les années 80 je gagnais ma soupe entre autres dans le journalisme free-lance et je publiais mes dessins un peu par ci et par là dans des journaux luxembourgeois. Durant ces années-là, je publiai un livre avec des aphorismes, un autre sur l’histoire de la littérature luxembourgeoise et un recueil avec des portraits d’auteurs luxembourgeois. Mon vrai début comme dessinateur fut en 1997. Un éditeur luxembourgeois me contacta pour illustrer une série de romans historiques. Le premier tome fut publié encore tout juste avant la mort subite de mon éditeur. Il n´avait pas de successeur. Ce fut cet homme qui m’a aidé notamment à percer dans le monde des livres et des dessinateurs.

Un an plus tard, en 1998, lors du Festival international de la Bande Dessinée de Contern, le rédacteur en chef d’un hebdomadaire luxembourgeois m’a proposé le job de cartooniste. Je crois que mes parents n’auraient pas été enchantés, s’ils l´avaient vécu, mais moi j’étais comblé.

Jusqu’en 2006 je travaillais à la fois pour plusieurs papiers du même groupe et je publiais simultanément 7 albums de cartoons et une bande dessinée. J´étais mordu.

Pourquoi avoir choisi ce genre pictural ?

Je n´ai jamais vraiment réfléchi à cette question. Je crois que ça correspond bien avec ma personnalité. J´aime lire et j´aime l´imagerie.

Quels obstacles as-tu rencontrés ?

À part les intentions et visions décourageantes de mes parents et plus tard de quelques-uns de mes instituteurs et professeurs, je n’ai pas rencontré d’obstacles notables.

Comment se passe une journée de ton activité ?

Comme je suis (aujourd´hui) un homme au foyer, ça dépend. Je n’ai pas d’horaire fixe, En principe j’aime bien dessiner très tôt le matin jusqu’à +- 11 heures et le soir assez tard. Il m´arrive aussi que je griffonne du matin au soir et il y a des jours où je ne dessine pas du tout.

Quel matériel utilises-tu ?

En rétrospective je crois que j’ai fait le tour du matériel. Au début, c’étaient les crayons, le charbon, l´encre de Chine, la plume et les pinceaux. Puis c’étaient les feutres fins et les copics. Pour la mise en page ce fut dès le début PS.

Depuis plusieurs années j’utilise une tablette graphique pour les illustrations et BD´s. Pour les commissions et les dédicaces, ce sont toujours encore les crayons, les feutres fins et du papier de qualité. Pour les couleurs, là j’avoue que j´ai toujours été un piètre coloriste. Je préfère jouer avec le n/b et les possibilités qu’il offre.

esquisse CONAN2 par Fern

Comment trouves-tu l’inspiration ?

esquisse CONAN par Fern

Parfois elle “me tombe dessus” par charges de camion, alors je n’ai pas assez de mains et de temps pour transposer toutes ces fantaisies. Dans de tels cas, ma femme (qui est autrice) m´aide à les déficeler et trier par ordre de faisabilité. En plus, j’ ai heureusement quelques copains scénaristes qui ont pitié de moi.

Il y a aussi des phases où rien ne se passe, mais c´est assez rare.

Peux-tu nous parler de quelques-unes de tes réalisations ?Est-ce que tu en préfères certaines ?

Mon premier né fut pour moi un succès inopiné. J’ai débuté avec un album de cartoons sur la médecine (titre: Au suivant) suivi un an plus tard d´un album sur le clergé (titre: Pater noster). C´était mon début dans l´humour noir mordant, suivi d´autres albums plus ou moins du même genre. Apparemment cela plaisait aux gens d´être confrontés avec les côtés absurdes de la vie quotidienne … il vaut mieux en rire qu’en pleurer.

J’aime tous mes enfants… et je pense que c´est normal de préférer un peu les nouveau-nés.

Qu’envisages-tu pour l’avenir ? Tu te vois où dans cinq ans ?

L´avenir est toujours fiction. Je vais continuer à dessiner en espérant pouvoir garder mes fantaisies assez vivantes. À mon âge, on devrait être assez serein pour vivre le jour et être prudent avec des présages opulents. ^^

Aurais-tu quelques anecdotes liées à ton métier ?

Il y en a une particulière, qui m’est restée en bonne mémoire.

En 1999 fut publié mon album de cartoons “Pater Noster”, dans lequel je m’étais penché sur Dieu, sur l’Église catholique, son clergé et un peu sur la Bible.

Que de louanges de la gauche, des étudiants et des athées, sauf – on le devine facilement – du milieu clérical … dont un de ses membres me fit l’honneur dans son office dominical (dans une grande église de la capitale) d’un sermon assez long et furieux. Heureusement qu’il n’y avait plus de bûchers à cette époque-là …

Il s’avère que ce sermon devait être la promotion la plus efficace pour mon album … et il me motiva de sortir 2 ans plus tard un deuxième tome qui fut aussi un joli succès.

Quels sont tes rapports avec les différents acteurs de l’art ?

Comme je publie principalement chez des éditeurs indépendants, les rapports sont bien et parfois amicaux.

Quel amateur d’art es-tu ? As-tu un peintre ou un illustrateur(trice) préféré(e), un tableau, une BD ?

Oups, cette question pourra nous mener très loin. Je vais essayer de rester court. Les tableaux et les dessins de Rembrandt van Rijn m´ont déjà fasciné quand j´étais encore très jeune. Puis c’étaient les dessins et gravures de Gustave Doré et Frederic Remington qui me faisaient baver.

Pour l´humour noir ce furent Claude Serre, André Franquin et peut-être Coyote et co ..

En ce qui concerne les illustrations et les bandes dessinées, c´est surtout le noir et blanc qui me fascine depuis toujours. Ce furent (entre tant d´autres) Frank Frazetta, Bernie Wrightson, Burne Hogarth, John Buscema, Michael Ploog, Mark Schultz … et William Vance qui m’ont impressionné déjà très tôt et durablement. Un peu plus tard, j´ai découvert le formidable Jean-Claude Gal.

Je m´arrête là, car en continuant l´énumération je crains d’en oublier. Il y en a tellement ….

Je ne saurais te dire spontanément quelle est ma BD préférée. J´ai grandi comme tant d´autres avec les “stars” du franco-belge Tintin, Astérix, Spirou, Sammy … les Américains tels que Conan et les Italiens comme Tex … et j’en passe.

Peut-être est-ce l’adaptation de Michael Ploog de “Tom Sawyer”. Mark Twain est depuis toujours mon auteur préféré et je trouve que monsieur Ploog lui a rendu un très bel hommage.

Qu’est ce que tu aimes ou détestes dans ton métier… ?

Je déteste quand un “vide” me tient dans ses griffes. J´aime quand je peux l´inonder avec de nouvelles idées.

Quelle est ton actualité du moment ?

Ayant fini les dédicaces pour le 1. tome de la bd “Sinnerman”, je me penche sur le 2. tome et parallèlement sur deux autres projets. Le boulot ne manque pas ^^

Portrait Chinois

A : Si tu étais une créature laquelle serais-tu ?

Un ange rejeté

B : Si tu étais un animal ?

Un chien de rue

C : Un plat ?

Spaghetti bolognese avec beaucoup de fromage parmesan

D : Un groupe, chanteur(se), musicien(ne)… préféré(e) ?

Bruce Springsteen

E : Une couleur ?

Noir

F : Si tu étais un roman ?

Huckleberry Finn (Mark Twain)

G : Si tu étais un tableau ?

La cathédrale de Jean-Claude Gal

I : Si tu étais une BD ?

La zone (E. Stalner)

H : Si tu n’avais pas été dessinateur, illustrateur ou graphiste qu’aurais-tu aimé faire ?

Peut-être fermier

Aurais-tu un petit mot pour les autres artistes ?

Continuez et restez authentiques !

Liens

Merci Fern d’avoir répondu à cette interview.


0 commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :